Category Archives: in French

Prosélytisme insupportable

Lors de la veillée pascale, le pape François appelle à porter la foi « jusqu’aux confins de la Terre » (c’est ici pour l’article du Monde)

Quelle plaie cette religion !

Advertisements
Tagged

Le Royaume-Uni, “État-voyou”

Effarant…

“L’Opération Tiberius montre une pénétration systématique par la corruption, les pressions, le chantage, etc., du crime organisé dans les principaux organes de police, de la justice, du système carcéral, des impôts, des douanes, etc., bref tout ce qui forme l’appareil interne de la sécurité et de la justice courantes dans ce pays.”

Lire ici.

Tagged

Délinquance : le sévère constat d’un général

Florilèges du Général Soubelet, n°3 de la gendarmerie, devant des députés :

– à «moins de 300 euros» de préjudice «on remet tout le monde dehors»

– 65% des cambrioleurs interpellés dans les Bouches-du-Rhône en novembre 2013 «sont à nouveau dans la nature»

A voir : article et vidéo.

Tagged

De la différence entre les complots et le complotisme

Chapeau bas M. Lordon :

Il faudrait sans doute commencer par dire des complots eux-mêmes qu’ils requièrent d’éviter deux écueils symétriques, aussi faux l’un que l’autre : 1) en voir partout ; 2) n’en voir nulle part.

Il serait temps de faire la part des complots – comme faits avérés, puisqu’il en existe certains – et du complotisme – comme forme générale –, soit d’en appeler, en quelque sorte, à une pensée non complotiste des complots, c’est-à-dire aussi bien : 1) reconnaître qu’il y a parfois des menées concertées et dissimulées – on pourra les appeler des complots, et 2) refuser de faire du complot le schème explicatif unique de tous les faits sociaux, ajouter même que de tous les schèmes disponibles, il est le moins intéressant, le moins souvent pertinent, celui vers lequel il faut, méthodologiquement, se tourner en dernier… et ceci quoiqu’il ait parfois sa place ! Et il faudrait surtout consolider cette position intermédiaire à l’encontre de tous ceux pour qui maintenir l’amalgame des complots et du complotisme a l’excellente propriété de jeter le bébé avec l’eau du bain, en d’autres termes de garantir l’escamotage des faits de synarchie avec la disqualification de la forme « complotisme ».

L’article complet est .

L’analyse de l’absence de réaction des peuples est également brillante :

Alors ça, c’est la grande question et il n’y a pas de réponse générale, il n’y a que des cas particuliers. Comment se produit une formation d’affects collectifs suffisamment puissants pour déterminer un mouvement de désir collectif lui aussi, c’est-à-dire des mises en mouvement de corps, de corps nombreux, qui vont faire des choses inhabituelle et secouer l’ordre social, voire éventuellement le renverser ? On ne sait pas, mais à chaque fois qu’observe-t-on : l’ordre social en place a fini dans le temps long à se rendre odieux, et il y a quelque part, dit Spinoza, un point d’insupportable.

Enfin, la critique du format des émissions politiques est “spot on” :

la situation standard est plutôt celle d’un plateau à plusieurs invités, cette parodie de « débat » où les médias aiment à trouver la confirmation de leur essence démocratique, alors qu’aussi bien le déséquilibre des forces contradictoires en présence (quand les forces sont véritablement contradictoires, c’est-à-dire que tous les experts ne disent pas à quelques variantes près la même chose), la complicité active de l’animateur, généralement un de ces « grands » des médias dont on sait de quel côté ils penchent, l’indigence des formats, c’est-à-dire des temps alloués à la parole, et le climat de demi-foire d’empoigne avec interruptions permanentes conspirent pour rendre absolument impossible de développer un point de vue hétérodoxe, d’emblée privé de tout l’arrière-plan de (fausses) évidences, de cela-va-de-soi (« On ne peut pas augmenter les impôts; », « La flexibilité est nécessaire. », « Comment peut-on envisager le protectionnisme dans une économie mondialisée. ») accumulés pendant deux décennies.

A lire ici.

La gauche n’a plus rien avoir avec le socialisme

“Un jour, on dépassera le cadre national, mais aujourd’hui c’est beaucoup trop tôt. Les systèmes les plus efficaces socialement, les systèmes de santé, les systèmes scolaires et universitaires sont mis en œuvre dans les cadres nationaux. Ils n’ont plus aucune chance de résister aux systèmes qui exploitent leur main d’œuvre ! Or ils sont fortement attaqués aujourd’hui : les universités vacillent, le supérieur est de plus en plus cher, les jeunes américains mettent leur famille en faillite pour pouvoir se payer des études… Est-ce que l’on souhaite que ce système se généralise ? Moi, non.”

Moi non plus !

http://www.les-crises.fr/ps-faible-avec-les-forts/

La loi du 3 Janvier 1975

Ou comment mettre en perspective l’Union Europeenne en comprenant sa construction.

Peut-etre pourra-t’on au moins sauver ERASMUS? 🙂

Entretien avec Jean-Claude Michea

C’est là où je me dis que décidément, je n’ai pas eu de chance en Terminale… Si j’étais tombé sur un professeur de philosophie aussi pédagogue et doué d’une capacité d’analyse aussi perçante, qui sait, peut-être aurais-je choisi une autre orientation professionnelle.

Il y a 3 types de personnes

Petit jeu: A quelle catégorie appartiennent les politiques ?

  1. Ceux qui veulent se débrouiller tout seul, s’occuper de leurs affaires et qu’on les laisse tranquilles.
  2. Ceux qui veulent que l’on s’occupe d’eux.
  3. Ceux qui veulent s’occuper des autres sans vraiment travailler.

Ceci est tiré d’un article de Charles Gave qui a fait un portrait décapant de nos amis les politiciens.

Tagged

Où s’arrête la liberté d’expression ?

Vaste sujet ! Je me reverrais presque adolescent boutonneux face à un devoir de philo.

Dans la vidéo ci-dessous Taddei explique qu’en gros, la liberté s’arrête à ce qu’interdit la loi. Ok, pourquoi pas. Seulement, il y a une chose qui me chiffonne. Ne renonce-t’il pas à réfléchir à ce qui est acceptable ou pas en passant la responsabilité aux législateurs ? Et puis vu que les lois changent régulièrement, et qu’ainsi ce qui est n’est pas acceptable aujourd’hui peut très bien l’être demain (et vice-versa), peut-on vraiment s’arrêter à cette définition ?

À méditer en lisant également ceci.

Tagged